blog-articles

L'accès à la santé rendu plus difficile pour la population portugaise

Le Système National de Santé portugais à la une du journal « Le Monde »

Les mesures d’austérité qui se sont intensifiées au Portugal depuis l’adoption d’un plan d’aide de la troïka (Fonds Monétaire International, Banque Centrale Européenne et Commission Européenne) se font désormais sentir sur des secteurs-clé de la vie quotidienne des portugais. Dans le domaine de la Santé, la situation se complique et risque de se détériorer un peu plus dans les mois qui viennent. En 2011, le gouvernement du Premier Ministre Pedro Passos Coelho était parvenu à réduire le budget de la santé de 9%, soit une économie de 710 millions d’euros. L’objectif pour l’année en cours est une nouvelle réduction des dépenses publiques dans le secteur de la santé devant atteindre 800 millions d’euros. Face à ces réductions, les usagers sont de plus en plus sollicités financièrement. Le Jornal de Negocios parle ainsi d’une « bombe à retardement » entre les mains du gouvernement portugais, la déflagration étant prévue, toujours selon ce journal, pour cette année.

Le journal Le Monde, consacrait mardi dernier, un article sur ces difficultés croissantes dans les hôpitaux portugais. Cet intéressant reportage montre que la logique économique a pris le dessus, les « patients » devenant « clients ». La baisse des dépenses publiques s’est effectuée au travers de fusion d’hôpitaux et de fermeture de services mais aussi au moyen par l’augmentation des montants restant à la charge des usagers. Par exemple, le ticket modérateur a doublé depuis le début de l’année 2012, atteignant 20 euros pour l’accès aux urgences hospitalières. L’objectif affiché est de désengorger les urgences en orientant les patients vers les médecins de famille. Néanmoins l’accès à la médecine familiale reste extrêmement difficile pour une grande partie de la population, dû notamment aux délais d’attente.

Ces mesures de rigueur budgétaire, si elles permettent effectivement une réduction des dépenses publiques, entravent néanmoins l’accès aux soins pour nombre de portugais. Pour rappel, le droit à la protection de la santé est inscrite dans la Constitution de la République Portugaise adoptée à la suite de la Révolution des Œillets et dans l’entrée en vigueur remonte à avril 1976 (Art. 64).

Le Monde.
Jornal de Negocios.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *