blog-articles

Les capitaines d'avril boycottent les célébrations officielles

Les célébrations officielles du 25 avril marquées par l’absence des militaires

Hier, mercredi 25 avril, les portugais célébraient le 38e anniversaire du début de la Révolution des Œillets initiée par la prise du pouvoir du Mouvement des Forces Armées (MFA) en 1974. Les commémorations de cette année ont évidemment été marquées par le difficile contexte économique et la crise de la dette qui continuent de préoccuper nombre de portugais.

Le 25 avril 1974 venait en effet mettre un terme à près d’un demi-siècle de régime autoritaire instauré par Antonio de Oliveira Salazar et perpétué par son successeur Marcelo Caetano. Au début des années soixante-dix, le pays était un des plus pauvres d’Europe avec d’importants retards dans les domaines de l’éducation, de la santé ou encore au niveau économique. De plus, le régime survivait au moyen d’un contrôle drastique de sa population avec un embrigadement de la jeunesse et une police politique, la Pide, qui disposait de nombreux informateurs dans le pays. Les libertés politiques et individuelles étaient quasiment inexistantes.

Les guerres outre-mer au sein des colonies africaines absorbaient alors près de 40% du budget de l’État. Le gouvernement a été contraint d’envoyer les troupes du contingent, faisant croître encore le mécontentement et l’émigration illégale. Le MFA dépose alors le régime, initiant ses opérations à l’aube du 25 avril. L’objectif affiché par ses officiers se résume à trois « D » : Démocratiser, Décoloniser, Développer. Cette date du 25 avril conserve un écho symbolique important au Portugal, de nombreux partis politiques s’y référant, appelant notamment à la réalisation des « promesses d’avril ».

Les commémorations de cette années ont été marquées par la division entre les anciens membres du MFA, réunis au sein de l’Associaçao 25 de Abril, et le gouvernement. Les militaires d’avril ont en effet boycotté les commémorations officielles et ce,  pour la première fois depuis le retour de la démocratie dans le pays. L’Associaçao 25 de Abril a notamment accusé le gouvernement de renier l’héritage de la Révolution en cpoursuivant les mesures d’austérité. Dans son discours prononcé à Lisbonne, Vasco Lourenço, ancien capitaine d’Avril et président de l’association réunissant ces militaires, a accusé les hommes politiques élus de ne plus représenter la société. Autres absents, l’ancien Président de la République Mario Soares et l’ancien candidat socialiste aux dernières présidentielles Manuel Alegre, ont tous deux refusé de participer à la série de discours qui s’est tenue à l’Assemblée de la République.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *