Megaupload fermé, les Anonymous ripostent, les internautes sont en émoi

Fermeture du site MegaUpload.com

Megaupload fermé, les Anonymous ripostent, les internautes sont en émoi

La justice américaine a ordonné jeudi la fermeture du site Megaupload.com, plateforme emblématique et controversée du téléchargement direct sur internet.

C’est la première bataille d’une longue guerre à venir. La justice américaine a ordonné jeudi la fermeture du site Megaupload.com, plateforme emblématique et controversée du téléchargement direct sur internet, accusée de violation des droits d’auteur.

Aussitôt, les pirates d’Anonymous ont répliqué en annonçant avoir mis hors service le site du FBI, d’Universal Music ou du ministère de la Justice américain. Quatre responsables du site basé à Hong Kong, dont son fondateur, Kim Dotcom, 37 ans, ont été interpellés à Auckland (Nouvelle-Zélande) sur la base de mandats d’arrêt délivrés par les Etats-Unis. Le FBI (police fédérale américaine) et le ministère de la Justice américain ont estimé, dans un communiqué commun, qu’il s’agissait de l’une des plus «grandes affaires de violation de droits d’auteur jamais traitées aux Etats-Unis».

Dans la nuit de jeudi à vendredi, Nicolas Sarkozy s’est félicité de cette opération à travers un communiqué : «La lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des oeuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création».

Suivez les événements en direct:

11h50. Première réaction de Megaupload. PCINpact cite Emmanuel Gadaix, qui représentait la plateforme la semaine dernière au Sénat. Celui-ci réagit enfin après l’opération du FBI: «Juridiquement nous allons nous battre jusqu’au bout», assurant que l’acte d’accusation est rempli d’«inexactitudes». Selon PCINpact, «le message d’Emmanuel Gadaix est clair : même décapitée de ses principaux responsables, MegaUpload ne baissera pas les bras. Elle prépare sa riposte à la mainmise du FBI sur ses serveurs». Concernant le problème que pourraient rencontrer des utilisateurs qui stockaient des fichiers légitimes sur Megaupload, Emmanuel Gadaix répond: «On ne sait pas, c’est notre priorité la plus importante, de rétablir le service à nos utilisateurs et entreprises qui s’en servent quotidiennement à des fins légales». «Chaque fichier existe sur plusieurs serveurs, mais en ce moment ils sont inaccessibles».

11h15. Bilan de l’opération. Dans un communiqué, la police néo-zélandaise indique avoir effectué des perquisitions dans dix endroits d’Auckland, dont la vaste demeure de Kim Dotcom, appelée «Dotcom Mansion». Les policiers ont saisi plusieurs voitures de luxe, dont une Cadillac rose de 1959 et une Rolls Royce Phantom, ainsi «qu’une arme à feu qui avait l’apparence d’une arme à canon scié». Quelque 11 millions de dollars néo-zélandais (6,83 millions d’euros) ont été gelés sur des comptes bancaires, a ajouté la police. La justice néo-zélandaise s’est prononcée contre sa mise en liberté sous caution, de même que pour trois autres responsables du site basé à Hong Kong, a indiqué la police.

11 heures. La rumeur d’un nouveau site Megaupload. Sur Twitter, une adresse IP circule, présentée comme un éventuel nouveau site Megaupload. «Nous n’avons pas de nom de domaine pour l’instant. Seulement une adresse IP. C’est le nouveau site Megaupload ! Nous travaillons pour être pleinement de retour». Selon des internautes, on retrouve dans le code source de la page un lien vers une page qui compte les visiteurs. La piste d’un fake est donc la plus probable.

10h48. Et les utilisateurs ? Avec la chute de Megaupload, ce sont aussi des millions d’utilisateurs qui risquent d’être pénalisés, Megaupload étant aussi un espace de stockage pour des documents divers ou personnels. Que deviendront ces fichiers ? Les internautes qui ont payé pour un abonnement seront-ils remboursés ? Seront-ils inquiétés ?

10h32. Un communiqué qui fait jaser. La déclaration de Nicolas Sarkozy diffusée pendant la nuit de jeudi à vendredi est la cible de critiques. Ainsi, Frédéric Martel, déjà auteur d’un article sur Carla Bruni au début du mois de janvier, met en cause le président de la République sur son blog hébergé par l’Express.fr. Il lui reproche une confusion juridique entre délit et crime, une faute diplomatique («rarement on aura vu une telle réaction diplomatique d’un chef d’État français sur un sujet qui ne concerne ni notre droit, ni, au premier chef, notre pays») et une faute de communication (ce communiqué «accroîtra encore le fossé qui s’élargit entre les maisons de disques et le public de la musique»).

Sur Numerama, un journaliste écrit également: « On note que contrairement au communiqué officiel des autorités américaines, qui prennent le soin d’utiliser le mot allegedly (prétendûment) pour décrire les faits, le président français ne s’embarrasse pas de la présomption d’innocence. Et qu’il commet au passage une erreur de qualification juridique : en France, la contrefaçon n’est pas un crime mais un délit ».

10h13.La réplique d’Anonymous dans le détail. Pour réagir à l’opération contre Megaupload, les Anonymous ont piraté plusieurs sites: aux Etats-Unis, le site du ministère américain de la Justice, la branche américaine d’Universal Music, le site de l’industrie musicale américaine (RIAA) ; en France, le site de la Hadopi et celui d’Universal Music

Le système Megaupload, selon le FBI

Celui qui est présenté comme le chef se nomme Kim Dotcom, alias Kim Schmitz, alias Kim Tim Jim Vestor, 37 ans. Il vit à Hong Kong et en Nouvelle-Zélande. Il aurait fondé Megaupload Limited et serait le directeur et l’actionnaire unique de Vestor Limited. Arrêté à Auckland.

Les autres mis en examen:

  • Finn Batato, 38 ans, citoyen et résident allemand, chef du marketing. Arrêté à Auckland.
  • Julius Bencko, 35 ans, citoyen et résident Slovaque, graphiste.
  • Sven Echternach, 39 ans, citoyen et résident Allemand, chef du développement économique.
  • Mathias Ortmann, 40 ans, citoyen allemand et résident en Allemagne et à Hong Kong, chef de l’équipe technique. Arrêté à Auckland.
  • Andrus Nomm, 32 ans, citoyen estonien et résident en Turquie et en Estonie, programmeur et développeur
  • Bram van der Kolk, alias Bramos, 29 ans, un résident hollandais et résident aux Pays-Bas et en Nouvelle-Zélande, qui gère le réseau des sites «Mega». Arrêté à Auckland.

LeParisien


A propos de setubal

Je fais parti des Auteurs/Contributeurs d'articles. Vous pouvez vous aussi le devenir et partager ainsi le contenu de vos articles avec les visiteurs de Portugal-Tchat.com. Pensez à vous inscrire et renseignez les champs biographiques ! Visualiser tous les messages par setubal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *